CP 11 01 12

 

                                                                                             

Communiqué de presse 11 janvier 2012

 

 

Le SNICS-FSU mobilise et consulte les infirmières de l’Education nationale sur les propositions du Ministre de la Fonction Publique :

c’est décidément NON !

 

 

dsc_2890 

Pour la 5ème fois,  une manifestation des infirmières de l’Education nationale a rassemblé plus d’un millier d’infirmières à Paris à l’appel du SNICS-FSU. Le scénario  proposé par le Ministre de la Fonction Publique au sujet de leur intégration statutaire en catégorie A impose aux infirmières de l’Etat un retour en arrière de plus de 20 ans ! C’est injuste et inadmissible !

 

Il rappelle curieusement les grilles de carrière proposées au moment des accords Durafour, la longue bataille à l’Education nationale qui s’en est suivie, et la victoire qui avait enfin rétabli la parité de carrière en 2003. La grille soumise à la négociation, ne permet notamment pas de perspective de carrière identique à celle retenue à la fonction publique hospitalière pour l’immense majorité de nos collègues qui exercent auprès des jeunes et des clopinettes pour les autres !

 

Où sont les promesses de revalorisation du Président de la République à notre syndicat dès 2007 ?!

 

Face au déni  du droit à reconnaissance d’un même niveau de qualification et de diplôme infligé aux infirmières de l’Etat, au regard de la reconnaissance accordée à leurs homologues de la Fonction Publique hospitalière, le SNICS a décidé de consulter toute la profession. En quelques jours, plus de 10% des personnels ont répondu à cette consultation en considérant ce scénario « insuffisant » à 25,5%, une proposition « pas du tout à retenir » à 73,79% et en demandant au SNICS de poursuivre  la mobilisation à 91,9% si possible dans l’unité.

 

Fort de cette expression de la profession, le SNICS continuera à travailler avec les autres organisations syndicales pour rétablir le droit des infirmières de l’Etat à la reconnaissance de leur diplôme.

 

Le SNICS consultera dès les prochains jours ces instances pour définir les modalités de poursuite de l’action.