Rentrée 2012

mot_rentree

Cher(e) collègue,

L’année 2011-2012 a vu se concrétiser enfin une réelle avancée pour la reconnaissance de notre profession par la création d’un corps en catégorie A. Ce classement en A n’est que le résultat de la reconnaissance du diplôme d’état au grade de licence.

 

  

Du chemin reste à parcourir pour une reconnaissance de la spécificité du soin à l’Education nationale et sa reconnaissance statutaire par une grille de A type. Pour cela, nous devrons continuer à travailler dans l’unité afin qu’une  filière universitaire infirmière complète (licence master doctorat)  voit le jour. C’est pour nous une condition essentielle à l’amélioration de la qualité des soins, quel que soit le secteur d’activité

    

Mais la création du corps de catégorie A  ouvre déjà de nouvelles perspectives non seulement pour la spécialité mais également pour permettre aux infirmières plus de mobilité vers d’autres métiers dans l’Education nationale.

   

Cette avancée est d’abord le fruit d’une longue bataille menée avec force par notre profession. Il a fallu plus de 5 manifestations pour imposer au gouvernement la mise en œuvre de la réforme LMD dans la Fonction Publique Etat dont la dernière, la plus imposante  et la plus décisive fût organisée à l’appel du SNICS.

   

Nous aurons sans aucun doute à rester mobilisés dès la rentrée pour que les perspectives de carrière soient au moins les mêmes qu’à la Fonction publique hospitalière en imposant dans tous les rectorats le barème à l’ancienneté. De même il nous faudra remonter au créneau pour imposer un régime indemnitaire conforme au changement de catégorie et surtout d’ouvrir des perspectives pour redonner une réelle attractivité à l’exercice en internat.

   

Ce dossier statutaire ne pourra avancer sans l’action résolue du SNICS sur les nouveaux dossiers qui nous attendent dès cet été : celui de la loi d’orientation sur l’Ecole qui va déterminer l’orientation de la Santé à l’Ecole et nos missions. En toile de fond des réunions de concertation, s’invite la réflexion menée par le nouveau gouvernement pour une nouvelle étape de la décentralisation, suivie par un arbitrage.

   

Gardons à l’esprit simplement que la confrontation entre deux conceptions de la santé  - Santé publique/santé à l’Ecole - est au cœur de ces dossiers, que la perspective de la décentralisation  d’un certain nombre de personnels de l’Etat vers les collectivités territoriales nous oblige à fournir des réponses indiscutables pour convaincre  de la contribution déterminante  de notre profession à la réussite scolaire. A cet égard, l’analyse des statistiques du travail des infirmières à partir du logiciel SAGESSE est un élément essentiel.

   

D’ores et déjà, vous pouvez compter sur le SNICS pour organiser  des mobilisations dès la rentrée et défendre avec toute la force de nos mandats, la reconnaissance du soin infirmier au bénéfice de la réussite scolaire de tous les élèves au sein de l’équipe éducative et pédagogique.

   

Pour mener à bien les chantiers qui nous attendent, le SNICS appelle chacun de vous à se (re)syndiquer afin de donner toujours plus de poids à l’action collective pour la défense de la profession infirmière à l’Education nationale au service de la réussite scolaire de tous les élèves et les étudiants.

 

 

 

 

 

batrice 

Pour le bureau national,

Béatrice GAULTIER,

Secrétaire Générale

 

Le 5 septembre 2012