ACTUALITES

Lettre de rentrée septembre 2020

Cher.e collègue,

Nous espérons que vous vous portez bien après des vacances bien méritées et une année scolaire émaillée d’une crise sanitaire sans précédent qui a impacté notre vie personnelle et professionnelle.

Le confinement comme le déconfinement furent une période perturbée, chaotique, pendant laquelle les infirmier.es se sont engagé.es et mobilisé.es dans la lutte contre le coronavirus auprès des élèves et leurs familles, mais également en « renfort Covid » dans des structures sanitaires ou médico-sociales. A vos côtés, le SNICS-FSU a porté des exigences fortes pour le respect des droits, de la santé, de la sécurité et de l’intégrité des professionnel.les et des élèves.

Cette rentrée scolaire qualifiée « la plus normale possible » par notre Ministre est au contraire, pour le SNICS-FSU, une rentrée à haut risque. Elle a commencé avec des procédures sanitaires non stabilisées ou publiées très tardivement. Le flou, l’impréparation, la cacophonie, les problèmes organisationnels et matériels persistants ne nous facilitent pas la tâche. L’actualisation du protocole sanitaire ainsi que la fiche de gestion des cas suspects atteste de l’action et de l’efficacité du SNICS-FSU et nous continuons à demander la gratuité des masques pour les élèves.

Le nouveau chemin présidentiel dessiné pour la reconstruction économique, sociale, environnementale et culturelle est un chemin ultra libéral qui n’est pas sans conséquences pour notre profession et l’ensemble des agent.es de la Fonction publique.

La loi de transformation de la Fonction publique, que nous combattons, est une régression statutaire et un affaiblissement du paritarisme, de nos droits et conditions de travail. A l’issue de la première campagne de mutations sans transparence, face à l’opacité des décisions, vous avez été nombreuses et nombreux à solliciter le soutien et l’intervention du SNICS-FSU. Il est vigilant et pugnace, face à ce démantèlement à marche forcée, pour accompagner, intervenir et rétablir les droits individuels des collègues.

Alors que le nouveau Premier ministre donne la priorité au projet de décentralisation dans lequel s’inscrit le projet de « transfert de la santé en milieu scolaire, médecins et infirmiers y compris » aux collectivités territoriales, notre ministère reste muet et l’ambiguïté demeure de voir renaître un service de santé scolaire piloté par les médecins.

Force est de constater que le Ministre de l’Éducation nationale ne prend pas la mesure du profond malaise qui est le nôtre. Il nous demande de faire face à la surcharge de travail engendrée par cette crise à moyens constants, en niant les besoins en santé des élèves.
Depuis 2017, le Ministre tarde à reconnaître et à renforcer le rôle spécifique des infirmier.es au service des élèves et étudiant.es. Les créations de postes promises et les travaux sur la refonte de notre formation ont été gelés. Le SNICS-FSU a dû systématiquement intervenir sur les différents chantiers concernant notre profession - les travaux d’actualisation du BO des soins et des urgences, les circulaires PAI et APADHE - pour défendre nos missions et combattre les projets régressifs.

À l’Éducation nationale comme dans tous les autres secteurs, notre profession a pourtant fait la démonstration de son utilité, de ses formidables capacités d’adaptation et de son engagement sans faille au service des citoyen.nes.

Malheureusement, le Ségur de la santé s’est avéré être une mascarade, la désillusion est grande. Devant ce mépris, le SNICS-FSU et 33 organisations syndicales et associatives représentatives d’infirmier.es s’unissent pour organiser les États Généraux Infirmiers le 1er octobre à Paris. Le SNICS-FSU, moteur de cette action unitaire, y portera l’émancipation de notre profession ainsi que la reconnaissance de notre exercice comme une spécialité à part entière, sanctionnée par un diplôme de master, et les revalorisations et créations de postes qui en découlent.

Cette année sera aussi marquée par la tenue du 10ème Congrès national du SNICS-FSU, du 1er au 4 décembre à Angers. Pour que le SNICS-FSU soit au plus près de vos attentes et préoccupations, nous vous invitons à participer activement au renouvellement de notre plate-forme revendicative pour l’avenir de notre profession. Des congrès académiques se tiendront entre le 21 septembre et le 15 octobre, nous espérons que vous y participerez en grand nombre. C’est ensemble que nous gagnerons contre les projets de décentralisation de la Santé à l’École afin de garantir aux élèves et étudiant.es l’accès aux consultations infirmières favorisant leur réussite scolaire.

La rentrée scolaire sonne aussi la reprise de notre campagne de syndicalisation, le SNICS-FSU appelle chacune et chacun à se (re)syndiquer afin de donner plus de poids à l’action collective et mener à bien tous ces chantiers.

La liste des combats menés et gagnés par le SNICS-FSU est déjà longue, l’action syndicale s’inscrit dans la durée. C’est grâce à vous que nous restons un syndicat infirmier fort, pour défendre notre profession, nos conditions de travail et notre place à l’Éducation nationale au cœur des établissements. C’est ainsi que nous participons à la réussite de TOUTES et TOUS les élèves et étudiant.es.

Les infirmier.es ont besoin du SNICS-FSU, le SNICS-FSU a besoin d’infirmier.es à tous les niveaux et dans tous les secteurs !

Le SNICS-FSU souhaite à chacune et chacun d’entre vous une bonne année scolaire !