gallery

 

Vient de paraître ...

Le  n° 87

DE BUT EN BLANC est en ligne !

 

    Cliquez ici pour télécharger le But en Blanc BBL 87

   

Nos publications

Cliquer ici pour voir nos publications : "De But En Blanc" 

 

 

 

 

Les textes

Cliquer ici pour aller sur les textes relatifs à l'exercice infirmier à l'Education Nationale

 

 

 

CP du 04 02 09 Version imprimable Suggérer par mail
Exigeons le respect des droits des femmes et des jeunes filles ! 

L’une des missions conférée par la loi aux infirmières de l’Education nationale étant d’accueillir et de répondre aux collégiennes et lycéennes souhaitant une contraception d’urgence, ces professionnelles de la santé travaillent régulièrement avec les services du Planning Familial. C’est pourquoi, le SNICS/FSU, syndicat majoritaire à 62% dans la profession, conteste la décision du gouvernement d’amputer de 42% le montant affecté au conseil conjugal et familial car cela remettra en cause le devenir d’une grande partie des associations départementales.

Pourquoi démanteler un réseau utilisé par un nombre conséquent de femmes et de jeunes filles, alors qu’une campagne nationale contraception est sur le point d’être lancée d’autant que le droit des femmes en matière de sexualité et de contraception reste fragile en France ? Dans le même sens, pourquoi le gouvernement a-t-il retiré de son projet de loi HPST ce qui était présent dans la mouture de juillet 2008, c'est-à-dire la possibilité :

  • pour les infirmières de renouveler, dans certaines conditions, les prescriptions de contraceptifs oraux afin d'améliorer le taux de couverture contraceptive des jeunes femmes notamment puisque étaient concernées plus particulièrement les infirmières exerçant une activité de prévention à l’Ecole, en protection maternelle et infantile et planification familiale.
  • pour les sages-femmes de prescrire la contraception, d’effectuer le suivi gynécologique de prévention et les IVG médicamenteuses dans les établissements de santé, les centres de santé et les centres de planification et d’éducation familiale (CPEF) afin de faciliter l’accès des femmes à la contraception et d’améliorer la prise en charge des grossesses non désirées

Tout comme le SNICS/FSU réclame les moyens budgétaires afin que chaque collège et chaque lycée dispose d’une infirmière chaque jour pour répondre aux besoins et demandes des collégiens et lycéens en matière d’éducation à la sexualité, de prévention des grossesses précoces, du mal être, des toxicomanies, de la maltraitance et de la violence sous tous ses aspects, nous exigeons que l’Etat réintègre la totalité du budget alloué au fonctionnement des associations de planning familial.

Il en va du respect des droits des femmes et des jeunes filles !

 


Voir ce communiqué en PDF en cliquant ici